L'increvable

cese

La machine à laver le linge conçue pour durer.

 Dans la lutte contre l'obsolescence programmée, on retrouve - parmi les différentes initiatives visant à informer sur le phénomène, des alternatives éthiques : deux jeunes français ont créé L'Increvable, une machine à laver conçue pour durer... 50 ans. Chaque pièce en est remplaçable et la réparation peut se faire simplement, sans autre intervention que celle des consommateurs et consommatrices qui pourront s'appuyer sur les aides publiées en ligne par la marque, afin de rendre les rendre les plus indépendant · e · s possibles.

« L’Increvable a été conçue pour que n’importe qui puisse la réparer le plus simplement possible, qu’il soit un réparateur professionnel ou non.

Pour cela, en plus d’une conception spécifique, nous avons prévu un ensemble de services facilitant sa maintenance. »

Les machines à laver que l'on retrouve actuellement dans nos commerces ont une espérance de vie comprise entre 10 et 12 ans ; dans les faits, il n'est malheureusement pas si rare de se retrouver à devoir remplacer son lave-linge au bout de 4,5, 6 ans. 

Selon un rapport du Centre européen de la consommation (CEC) relayé par Quechoisir.org, les lave-linges seraient programmés "pour tomber en panne après 2 000 à 2 500 cycles de lavage (soit 10 ans d’utilisation) ; 80 % des appareils sont désormais dotés de cuve en plastique et les roulements à billes – des pièces indispensables qui s’usent très vite – sont directement moulés dans celle-ci. S’ils ne fonctionnent plus, il faut changer toute la cuve".

La réparation de tout ceci étant bien évidemment très coûteuse, il est plus avantageux pour la ou le consommateur·ice d'investir dans une nouvelle machine.

 « Imaginée en réponse aux dérives de l’obsolescence programmée, L’Increvable est la première machine à laver pensée dès sa conception pour pouvoir être facilement réparée et évoluer au fil du temps.

En proposant des produits électroménagers facilement durables, réparables et évolutifs, l’entreprise L’Increvable vise à limiter la production de déchets tout en encourageant la création d’emplois locaux dans le secteur de la réparation. »

SI l'association HOP! a fait beaucoup de bruit en déposant la première plainte contre l'obsolescence programmée, le combat contre cette pratique n'en a pas fini de faire couler de l'encre : tout cela ne fait que commencer.

Découvrir tous les articles
Hello to you!

Connected ? no