Deliveroo : donnez à vos livreurs de meilleures conditions de travail !

Citizen boycott campaign aimed at Deliveroo France - launched by I-boycott A.

boycott image
  • Labor rights
  • Health
1 019boycotters
1 019 participant
s

Join the campaign


  • Gathering participantsLaunched on 2019-09-26
  • 1st right to replyCommunicated on 2020-08-01The company has been informed.
    While waiting for the response, the campaign continues !
  • Boycotters voting
  • Successful campaign

Description

Deliveroo, start-up britannique créée en 2013 et désormais présente dans plusieurs pays dont la France, s’est hissée en quelques années d’activités au rang des plus grandes plateformes et applications digitales de livraison de plats cuisinés. Comme pour un grand nombre de ses concurrents, la recette de son succès se base principalement sur le statut d’auto-entrepreneur de ses coursiers, chargés de faire en un temps record la liaison à vélo entre les milliers de restaurants partenaires et les clients ayant commandé en ligne. Ce statut permet à Deliveroo de s’assurer des bénéfices importants en mettant en place un système de tarifs à la course poussant les livreurs à prendre des risques pour être le plus efficace possible dans leurs trajets, tout en imposant à ses employés des conditions de travail précaires : le statut d’auto-entrepreneur ne donne pas accès à une protection sociale, la possibilité de cotiser pour la retraite et le chômage, et de pouvoir encadrer  son statut selon le code du travail, qui ne prend pas en compte l’auto-entrepreneuriat dans ses articles.  

L'ubérisation contestée par les livreurs

Ce type de système, mieux connu sous le surnom d’ « uberisation», est largement contesté depuis déjà quelques années par les coursiers eux-mêmes. Le 15 juillet 2018, à Paris, le collectif des livreurs autonomes de Paris (le Clap) organisait une manifestation pour alerter sur « les conditions de travail et des rémunérations toujours plus mauvaises » des employés des grandes plateformes de livraison, dont Deliveroo. 

La situation s’est entre temps empirée, puisque ce 7 août 2019, des livreurs se sont rassemblés lors d’une manifestation à Paris et ont appelé au boycott de Deliveroo  en raison de la modification de la grille tarifaire des courses opérées via la plateforme, baissant le tarif des courses les plus courtes et augmentant celui des plus longues. Le résultat direct entraîne un risque de baisse de rémunération allant de 30 à 50% des revenus habituels, et la suppression du tarif minimal des courses. Dans un reportage du Monde, un livreur montre clairement la conséquence en termes de prix : « Trois euros, parfois 2 euros pour une course, c’est quoi ça ? J’étais obligé de venir ce soir ! Avant, le minimum, c’était 4,70 euros [à Paris], puis ça montait à 5, 6, 7 euros ».  

Des dérives du secteur soulignées par la justice 

Outre la colère des livreurs, les décisions de la Justice Française conviennent que le statut d’auto-entrepreneur est utilisé non seulement à outrance, mais aussi à tort par ces entreprises : l’arrêt n°1737 de la Chambre sociale du 28 novembre 2018 rendu par la cour de Cassation, la plus haute juridiction française, explique que dès lors qu’une plateforme et son application ont recours à «un pouvoir de direction et de contrôle de l’exécution de la prestation du livreur caractérisant un lien de subordination », le statut d’auto-entrepreneur est utilisé abusivement par l’entreprise. Dans le cas précis, il s’agissait de l’entreprise Take it Easy, qui par son système de géolocalisation des livreurs évaluait leurs performances et les sanctionnait s’ils n’acceptaient pas de courses supplémentaires proches de leur localisation.  

A ce titre, et comme l’a rappelé le dernier reportage de Cash Investigation, Deliveroo a surfé à plusieurs reprises avec la légalité concernant l’existence d’un lien de subordination : le choix précis du registre employé dans les échanges avec les livreurs pour empêcher tout recours officiel à des termes pouvant êtres jugés ambigus, le recours à la géolocalisation de ses livreurs, et une nouvelle grille tarifaire les contraignant indirectement à effectuer des courses plus longues, donc plus contraignantes pour eux…  

Revendications 

Deliveroo France, il est temps de permettre à vos livreurs l’accès à de meilleures conditions de travail ! 

  • Acceptez de réévaluer votre grille tarifaire pour assurer un tarif minimum des courses, et une rémunération plus juste répondant aux attentes de vos livreurs 
  • Donnez la possibilité de requalifier le statut d’auto-entrepreneurs de vos livreurs pour assurer des emplois plus stables ! 

Deliveroo, l'arbre qui cache la forêt

Il est bien entendu que Deliveroo est loin d’être la seule entreprise du secteur à profiter du statut d’auto-entrepreneur, et à ne proposer que des courses peu rémunératrices : Uber, Foodora, et d’autres groupes contribuent également à la précarisation du travail des coursiers. Toutefois, en raison du contexte actuel, qui est la durée de plusieurs semaines des contestations des livreurs de Deliveroo, et l’entretien d’Elise Lucet avec Louis Lepioufle, responsable communication de l’entreprise, nous pensons plus pertinent de viser Deliveroo pour envoyer un message très clair à l’ensemble du secteur.  

The company's response

The threshold required to inform the company has been reached!

To start a constructive dialogue, the company has been informed that a campaign is in progress. All the company responses will be displayed here. All the boycotters will receive an e-mail. They will have the possibility to vote on the campaign page.

Have you found an issue about this campaign or the alternatives? If so send us an alert by clicking here :
1 019 participant
s

Join the campaign


  • Gathering participantsLaunched on 2019-09-26
  • 1st right to replyCommunicated on 2020-08-01The company has been informed.
    While waiting for the response, the campaign continues !
  • Boycotters voting
  • Successful campaign
Hello to you!

Connected ? no