#boycottlavazza

Postée par I-boycott A.

1 234

/ 1 500

Lavazza : L'art du café, l'art d'exploiter

Lavazza

Depuis 3 ans, le marché du café traverse une crise historique des prix : - La majorité des caféiculteur.rice.s vit en dessous du seuil de pauvreté avec moins de deux dollars par jour, tout en continuant de travailler et de vendre son café. Entre le mois d’août et septembre 2020, les prix ont connu une variation de 40% ! Pourtant : - Les ventes de café se multiplient dans le monde, ce qui nécessite un accroissement des volumes de production. - Les prix affichés en magasin n’ont jamais été aussi élevés, notamment depuis l’apparition des dosettes et capsules. Le consommateur paie le prix fort. - Les grands groupes industriels et les distributeurs captent l’essentiel de la richesse créée au détriment des caféiculteur.rice.s En France, ils ont plus que doublé leurs gains (passant de 1,2 milliards à 2,6 milliards) en 20 ans pendant que les revenus des millions de caféiculteurs dans le monde et leur famille stagnent, voire régressent. Certains d’entre eux gagnent moins aujourd’hui qu’il y a 20 ans ! Les responsables : - La structuration du marché, accroissant la concentration du pouvoir dans les filières agricoles, qui permet aux multinationales de dicter les règles et les prix : trois grands groupes qui se partagent 80% du marché en France, dont Lavazza. Le groupe, avec sa marque Carte Noire, détient 16,7% du marché français et voit son chiffre d’affaires augmenter d’année en année. Entre 2017 et 2018, le chiffre d’affaires de Lavazza France a augmenté de 50 % ! - Mais le géant Lavazza, propriétaire de Carte Noire, marque de café à domicile et cafés-restaurants, ne semble pas prêt à participer à une plus grande justice économique et sociale. Le groupe italien multiplie les grandes déclarations, dépense beaucoup en image pour montrer que son café est "green" et socialement buvable. A aucun moment, Lavazza ne parle de justice économique. Pas une déclaration sur combien sont réellement payés les producteurs ! Au contraire, Lavazza continue à s’engager avec des labels comme Rainforest/Utz qui ne comportent aucun engagement à lutter contre les inégalités économiques et à payer décemment et équitablement les caféiculteur.rice.s. NOS REVENDICATIONS : 1. Poser les bases d’une transformation de votre relation avec vos producteur.rice.s de café, en leur versant dès maintenant un revenu décent, soit un prix minimum garanti, sur plusieurs années, d’au moins 30% supérieur aux coûts de production (qu’ils fixeront eux-mêmes), non fixés sur le cours de la Bourse, incluant le panier de biens essentiels locaux et une prime d’investissement aux projets collectifs, gérée de façon autonome par les organisations de producteur.rice.s. 2. D’être transparents sur vos marges et sur les prix que vous payez aux producteur.rice.s, et tout au long de la chaîne de transformation, pour cesser d’être une boîte noire.

L'éthique a un prix !En savoir plus
Continuez de partager la campagne pour augmenter l'impact

Merci

Avancement

Où en est-on dans la campagne ?

collecte des votes
1ère réponse de l'entreprisel'entreprise a été informée
vote des boycottants
inspection des résultats
campagne terminée

Actualités

Mentors

Ils soutiennent cette campagne

I-buycott Paris IDF

I-buycott Lyon

FAIRe equitable

Vous voulez faire des choix plus responsables ?

Retrouvez cette campagne dans notre application de scan de produits :

buy or not logo
download on app storedownload on play store

D'autres impacts durables dans myLabel, notre partenaire

mylabel logo

Vous avez remarqué un problème dans cette campagne ou dans une alternative ? Envoyez-nous une alerte en cliquant sur le bouton

Hello to you!

Connected ? no