A Vittel, NESTLE WATERS vole l'eau des habitants : STOP !

Campagne citoyenne de boycott adressée à Nestlé Waters - lancée par Cemil Ş.

boycott image
  • Environnement
  • Alimentation
  • Droit de l'Homme
3 063boycottants

MENTORS

Le Jeune engagé
Le Jeune engagé
3 063 participant
s

Rejoindre la campagne


  • Recueil de participantsLancée le 2018-07-19
  • 1er droit de réponseCommuniqué le 2018-10-03
    Pas de réponse depuis 69 jours
    L'entreprise a été informée.
    En attendant la réponse, la campagne continue !
  • Vote des boycottants
  • Campagne réussie

Descriptif

 "L'eau est une denrée alimentaire comme les autres et doit avoir une valeur marchande." 

C'est en ces termes que M. Brabeck-Letmathe, PDG de Nestlé jusqu'en 2008, parlait de la nécessité de privatiser l'eau.
Quand on sait que la multinationale Suisse réalise une part très importante de son chiffre d'affaire annuel en embouteillant de l'eau douce, tout s'explique.

Devenu leader sur le marché de l'eau minérale, Nestlé a vu son chiffre d'affaires dépasser les 80 milliards d'euros. Et, tandis que 900 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable, le géant suisse possède aujourd'hui au moins une usine d'embouteillage dans chaque pays.

Vittel, Contrex, Hépar, Valvert, Perrier, San Pelligrino, Quéza, Aquarel, Henniez, ... toutes ces marques d'eaux (dont beaucoup de françaises) ont été rachetées par Nestlé.

C'est seulement avec Vittel-Contrex (qui sont en réalité deux petites villes voisines dans la plaine Vosgienne) que le groupe Nestlé Waters réalisait plus d'1 milliard d'€ de CA en 2013 !
En pompant de l'eau présente naturellement dans le sol et en la mettant dans des bouteilles en plastique.
C'est tout.

Épuiser une nappe phréatique pour vendre de l’eau en bouteille : scandale social et environnemental

C'est pourtant ce qui est en train d'arriver.
La logique d'une croissance financière illimitée pousse la multinationale a pomper toujours plus dans les nappes phréatiques de Vittel-Contrex.
Mettant en péril l'accès à l'eau potable par les habitants mêmes des environs Vittellois qui devront bientôt importer de l'eau d'ailleurs !

Depuis près de 30 ans, la nappe dans laquelle prélève la multinationale présente un déficit chronique annuel d’environ 1 million de m3…  Soit la quantité d’eau que Nestlé Waters est autorisé à prélever, par le Préfet. Et le niveau de la nappe a déjà baissé de 10 mètres.
Il sera  bien entendu très difficile de faire remonter le niveau de cette eau souterraine, compte-tenu des conditions géologiques locales, mais surtout de la non-volonté des pouvoirs publics de poser des limites à Nestlé Waters. 

L'eau potable est un bien commun, pas une marchandise !

C’est un réel monopole que s’octroie Nestlé sur une ressource en eau qui n’est censée appartenir à personne, si ce n’est aux populations locales pour subvenir à leurs besoins vitaux d’alimentation en eau potable. 

La loi sur l’eau de 2006 mentionne clairement que l’usage prioritaire d’une ressource en eau en France est l’alimentation en eau potable.
Les activités économiques ne sont pas prioritaires, et l’eau est un bien commun, non privé ou privatisable.
La reconnaissance implicite de la priorité de prélèvement à Nestlé Waters, contraignant les collectivités locales à « aller boire ailleurs », est inacceptable. 

Planter des arbres en Amazonie tout en asséchant les nappes d’eau en France est écologiquement irresponsable. 

Cela s’appelle « faire du  greenwashing », se donner bonne conscience. 

Indignons-nous ! Boycottons ! Faisons pression !

Avec son slogan "Puiser sans épuiser", Nestlé waters tente de se donner une image respectueuse de la nature et l'environnement.
Mais nous ne sommes pas dupe !

L'objectif d'une multinationale qu'elle vendre des clous ou de l'eau, c'est de faire des profits toujours plus gros.
Reversant une part toujours plus importante de ses bénéfices à ses actionnaires qui, très souvent, s'évadent fiscalement et donc assassinent nos services publics et l’État.

Exigeons de Nestlé Waters de respecter des limites.
Exigeons des pouvoirs publics de fixer ces dernières en fonction des recommandations des agences spécialisées en matière environnementales. 

Pour que les habitants du bassin Vittellois soient prioritaires dans l'accès à leurs nappes phréatiques.

Boycottons les marques d'eaux de Nestlé Waters.

Réponse de l'entreprise

Le seuil de boycottants nécessaire pour informer l’entreprise a été atteint !

Afin d'engager un dialogue constructif, l'entreprise concernée a été informée qu'une campagne de boycott est en cours. Toutes les réponses de l'entreprise seront affichées à cet endroit. Les boycottants inscrits à cette campagne recevront la réponse de l’entreprise par mail. Ils pourront voter directement sur la page de la campagne.

Vous avez remarqué un problème dans cette campagne ou dans une alternative ? Envoyez-nous une alerte en cliquant sur le bouton :
3 063 participant
s

Rejoindre la campagne


  • Recueil de participantsLancée le 2018-07-19
  • 1er droit de réponseCommuniqué le 2018-10-03
    Pas de réponse depuis 69 jours
    L'entreprise a été informée.
    En attendant la réponse, la campagne continue !
  • Vote des boycottants
  • Campagne réussie
Hello to you!

Connected ? no