NIKE : L'esclavage ouïghour, on accepte ?

Campagne citoyenne de boycott adressée à Nike - lancée par l’association I-buycott Paris IDF

boycott image
  • Droits Humains
  • Droit du travail
  • Justice

MENTORS

I-buycott Lyon
I-buycott Lyon
Ouighour de France
Ouighour de France

Rejoindre la campagne


  • Recueil de participants
  • 1er droit de réponseCommuniqué
  • Vote des boycottantsLe non l'emporte (51%)
  • 2ème droit de réponseCommuniquéL’entreprise a été informée.
    En attendant la réponse, la campagne continue !
  • Vote des boycottants
  • Campagne réussie
L’entreprise a réagi à cette campagne de boycott.



Résumé

Les Ouïghours constituent un peuple persécuté par les autorités chinoises en raison de leur appartenances ethnique et religieuse : - Les Ouïghours de Chine ont été enfermés par milliers dans des camps de concentration et de travail forcé. - Un rapport de l'ONG Australian Strategic Policy Institute révèle que l'entreprise Nike utilise ces camps de travail pour sa production de marchandises. Sur la trentaine d’usines impliquées dans le travail forcé des Ouïghours, Nike se fournit en baskets auprès d’une usine de Qingdao dans l’Est de la Chine. Cela est une honte pour la multinationale qui revendique régulièrement des valeurs éthiques fortes sur la responsabilité sociale, environnementale et politique. Ces agissements devraient d’autant plus nous interpeller que Nike réfute toute implication de travail forcé des Ouïghours dans sa chaîne de production. Alors que d'autres marques impliquées ont pris les mesures qui s'imposaient, Nike refuse de s'assurer qu'aucun Ouïghour ne soit exploité de force dans sa chaîne de production. NOS REVENDICATIONS : - Faire des enquêtes immédiates et approfondies sur les droits humains via des inspections et des audits indépendants et rigoureux - Interrompre l’utilisation de main d’œuvre ouïghoure chez les fournisseurs ou sous-traitants de Nike - S’engager à choisir des fournisseurs qui garantissent de ne pas faire appel à une main d’œuvre forcée - Mettre en place une charte engageant leurs fournisseurs à respecter les conventions de l’Organisation Internationale du Travail.

Réponse de l’entreprise

L’entreprise concernée a réagi à votre appel au boycott, ses réponses sont reproduites ci-dessous.

La majorité des boycottants a décidé de maintenir la campagne. Le nouveau seuil a été atteint. L’entreprise a un nouveau droit de réponse.

2020-11-04

Message de l’entreprise

VICTOIRE !

Chers boycottants, boycottantes,

Il est important pour nous de vous tenir au courant de l’avancée de cette campagne. Voici donc la situation actuelle :

- Suite à la publication du rapport de l'ONG australienne ASPI (Australian Strategic Policy Institute) en février 2020, Nike se murait dans le silence quant à son implication réelle ou supposée dans l'exploitation des Ouïghours de Chine.

Récemment, nous les avons informé de votre forte mobilisation à travers la campagne de boycott qui visait son opacité sur la question de l’exploitation des Ouïghours, et Nike Europe nous a répondu.

Nous avons obtenu ce que nous demandions : Nike est sorti du silence et a déclaré ne pas s’approvisionner en textiles provenant du Xinjiang. La marque a fait réaliser des audits auprès de ses fournisseurs contractuels et a fait une déclaration publique sur le sujet.

Au regard de ces informations, nous demandons aux boycottant.es de s’exprimer au travers d’un vote sur cette réponse apportée par Nike. C'est à présent à vous de jouer afin de clôturer la campagne de boycott à l'encontre de Nike sur cette revendication précise.

I-buycott tient à remercier profondément et chaleureusement l’Association des Ouïghours de France d’avoir parrainé la campagne de boycott.

Engagements et actions

Dans le communiqué officiel de Nike, la marque a formellement affirmé avoir conduit des audits afin de s’assurer qu’aucun textile de leurs fournisseurs ne provenaient de l’exploitation des Ouïghours du Xinjiang ou de tout autre endroit de Chine. Par conséquent, Nike affirme haut et fort que leur chaîne d’approvisionnement chinoise est intègre sur cette question. De telles affirmations nous conduisent à reconsidérer notre campagne de boycott.

Voici leur réponse adressée à notre chargé de campagne à la fin du mois de septembre :

« Cher Guillaume,

Merci beaucoup d'avoir pris contact avec nous et de nous avoir fait part de vos préoccupations.

Nike s'est engagé à respecter une fabrication éthique et responsable, ainsi que les normes internationales du travail. Le code de conduite de Nike comporte des exigences strictes interdisant le travail forcé et nous ne l'approuvons ni ne le tolérons sous aucune forme. Nike ne s'approvisionne pas en produits provenant de la région autonome ouïghoure du Xinjiang et nous avons confirmé auprès de nos fournisseurs contractuels qu'ils n'utilisent pas de textiles ou de filés provenant de la région.

Nous avons une déclaration publique avec plus d'informations sur cette question, qui est disponible ici :

https://purpose.nike.com/statement-on-xinjiang

Nous continuons à collaborer avec des experts et un large éventail de parties prenantes pour traiter cette question importante, et nous apprécions vos efforts et votre engagement dans ce domaine.

Bien à vous. »

Sources

Résultats

Oui : 48 %La réponse me convainc, j’arrête de boycotter.
Non : 52 %La réponse ne me convainc pas, je continue de boycotter.

Le non l'emporte !

Durant la phase de votes, 31 boycottants ont rejoint le mouvement.

Vous avez remarqué un problème dans cette campagne ou dans une alternative ? Envoyez-nous une alerte en cliquant sur le bouton :

Rejoindre la campagne


  • Recueil de participants
  • 1er droit de réponseCommuniqué
  • Vote des boycottantsLe non l'emporte (51%)
  • 2ème droit de réponseCommuniquéL’entreprise a été informée.
    En attendant la réponse, la campagne continue !
  • Vote des boycottants
  • Campagne réussie
Hello to you!

Connected ? no