NUTELLA RECETTE SECRETE MAIS MAUVAISE POUR LA PLANETE

Campagne citoyenne de boycott adressée à FERRERO - lancée par Kevin K.

boycott image
  • Alimentation
  • Environnement
  • Santé
3 307boycottants

MENTORS

Le Jeune engagé
Le Jeune engagé
Subliminal Frekence
Subliminal Frekence
3 307 participant
s

Rejoindre la campagne


  • La campagne continue
    3 307 participants plus que 6 693
  • 1er droit de réponse
  • Vote des boycottants
  • Campagne réussie

Descriptif

Un enjeu sanitaire, écologique et sociétal. Pour l'ensemble des habitants de cette planète c'est une question de survie, préservons nous la vie ou le profit ? 

Les Français sont les plus grands consommateurs de Nutella au monde.

Faisons un petit rappel sur sa composition qui n’est pas très saine pour la santé. Nous nous devons de beaucoup mieux informer le consommateur sur les risques d’obésité, de santé qu’il entrainerait et ainsi faire de nos concitoyens des consomm'acteurs avisés.

 Chaque seconde, 9,5 kilos de Nutella sont engloutis par les consommateurs dans le monde (compteur), soit 300 000 tonnes par an. Pourtant, composé à 60% d'huile de palme et de sucre, la Nutella ne correspond pas au "profil nutritionnel" recommandé par Bruxelles et les nutritionnistes. 

La composition du Nutella : Ce produit addictif

Nutella, 60% de gras et de sucre !!!!!

France : 50 carrés de sucre, huile végétale, noisettes (13 %), cacao maigre en poudre (7.4 %), lait écrémé en poudre (6,6 %), lactosérum (petit lait), émulsifiant (lécithine de soja), arôme. 

Nutella martèle dans ses réclames que son produit est l'ingrédient idéal pour un petit déjeuner équilibré

L'huile de palme, "sans intérêt nutritionnel"  et contient des acides gras saturés dont l'excès peut entraîner " surpoids, obésité et maladies qui y sont associées de façon indirecte comme le diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires, certains cancers". 

On en trouve dans la moitié des aliments industriels : paquets de biscuits, margarines, sauces, mayonnaises, pâtes à tartiner, chocolat, huiles alimentaires, viennoiseries, chips, glaces et autres confiseries mais aussi dans les cosmétiques (savons, rouges à lèvres...) et même nos carburants ! En quelques décennies, l'huile de palme, peu coûteuse et facile à conserver est devenue l'huile la plus vendue au monde ! L'huile de Palme est la moins chère du monde. Pour cette raison, elle est partout.

Le Nutella affiche 539 kcal pour 100 grammes (contre 300 kcal environ pour un cheeseburger entier). 

Présence de phtalates dans le Nutella !!! 

Un reportage télévisé d'Arte de juillet 2010 divulgue que le Nutella contient du DEHP, un phtalate considéré comme un des plus dangereux, et qui a été mis en évidence par l'Office Fédéral de l'environnement.  Même si l'entreprise Ferrero nous informe que les quantités sont trop minimes pour présenter un danger aux consommateurs.

Les phtalates sont un groupe de produits chimiques. Il faut savoir que les phtalates sont utilisés depuis plus de 50 ans et leur production est supérieure à 3 millions de tonnes par an. Ils sont présents dans de nombreux produits de consommation courante. Ce sont des additifs utilisés assez couramment dans les matières plastiques et d’autres matériaux pour les rendre souples et flexibles. 

L’utilisation des phtalates dans les jouets et dans les emballages alimentaires est réduite en Europe en raison de leur dangerosité. Les dangers potentiels des Phtalates pour les hommes. Des chercheurs français de l’INSERMCEA et de l’université Paris 7 ont démontré que les phtalates étaient mauvais pour le système reproducteur masculin.
Voici un extrait du communiqué de presse :
Les chercheurs de l’Unité Mixte de recherche Gamétogenèse et Génotoxicité INSERMCEA-Université Paris 7 dirigée par René Habert, Professeur à l’Université Paris-Diderot Paris 7, a démontré expérimentalement que les phtalates, des composés biodégradables que l’on retrouve dans les plastiques dits souples, étaient délétères pour la mise en place du potentiel reproducteur masculin dans l’espèce humaine. De nombreuses études montrent clairement que la production spermatique humaine est en constante diminution.  Actuellement on estime que dans les pays industrialisés, un homme produit deux fois moins de spermatozoïdes que son grand-père n’en produisait au même âge.

L’Office fédéral de l’environnement allemand a fait une étude sur 600 enfants et constate que 100% d’entre eux présentent des traces de phtalates dont 5 importants. L’étude rajoute que chez 20% d’entre eux les phtalates sont en quantités toxiques. Elle estime que si l’on prend en compte “l’effet cocktail” de ces différentes substances, 80% des enfants en absorberaient en trop grande quantité. 

Responsable de «90% de la déforestation en Malaisie»

La fondation Nicolas Hulot est catégorique. Présente dans la composition de près d'un produit alimentaire sur dix vendus en Europe, l'huile de palme serait responsable de «90% de la déforestation en Malaisie» et de la destruction «d'un tiers de la forêt primaire de Bornéo sur les vingt dernières années.» Ce sont ces résultats qu'a souhaité mettre en valeur la ministre de l'Écologie à quelques mois du sommet mondial sur l'environnement. Car les conséquences écologiques de l'utilisation massive de l'huile de palme sont souvent décriées. En 2010, les Amis de la Terre dressaient le constat qu'en Indonésie, «toutes les 10 secondes, une superficie de forêt équivalente à un terrain de football» disparaissait. Les palmiers à huile ont progressivement remplacé les forêts d'Afrique centrale et de l'Asie du sud, touchant ainsi à la bio diversité. Dans un ouvrage intitulé «Le scandale des singes pour l'huile», les Amis de la Terre avancaient même que d'ici 12 ans, le commerce grandissant de l'huile de palme pourrait provoquer l'extinction des seuls grands singes d'Asie. 

Mais, comme toute production massive à caractère industriel, la culture de l'huile de palme a littéralement défiguré de grands pays comme l'Indonésie (principalement l'île de Sumatra) - premier producteur mondial - qui a choisi de sacrifier un quart de ses forêts et la vie qu'elles abritaient pour cultiver toujours plus de palmiers à huile et d'hévéas (pour le caoutchouc)... Résultat : 10 millions d'hectares de palmiers à huile sont maintenant cultivés en Indonésie (quasiment la superficie de l'Islande). 

Parlons de la déforestation qui est une des causes majeures du changement climatique. 

Les forêts sont des réserves de carbone. Déboiser une forêt coupe le cycle du carbone : au lieu d’être un puits de carbone, les anciennes forêts émettent du carbone qu’elles avaient accumulé. La déforestation représente entre 15% et 20% des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Moins de forêts, c’est aussi moins de CO2 absorbé et piégé par ces écosystèmes, donc plus de CO2 dans l’atmosphère. Avec cette crise, la situation s'aggrave. 

Les conséquences environnementales sont catastrophiques : déforestation, perte de biodiversité, pollution de l'eau, érosion des sols et accentuation des risques naturels, pollution de l'air et changement climatique.. 

A l'aide de données satellitaires collectées entre 2000 et 2015 par les missions Landsat de la NASA et l'instrument MODIS et de d'études sur le terrain, les scientifiques ont constaté des différences de températures allants jusqu'à +10°C dans la province de Jambi à Sumatra, la cause paraît évidente. 
Les conséquences d'une élévation régionale de la température ne sont pas encore bien cernés mais cela devrait, selon les chercheurs, affecter les écosystèmes en réduisant la quantité d'eau disponible pendant la saison sèche et en les rendant bien plus vulnérables aux feux de forêt. Rappelons qu'en 2015, l'Indonésie avait connu ses plus graves incendies de forêt depuis près de deux décennies. 

Ce système de produiction intensif de l'huile de palme détruit les écosystèmes et menace les populations et la vie sauvage, ainsi que le climat global. En cause : une demande mondiale qui grimpe en flèche, pour l'industrie agro-alimentaire, mais qui risque d'exploser avec la banalisation des biocarburants. 98 % des forêts auront disparu en 2022. 

Une alternative à l'huile de palme ?

Malgré la médiatisation et l'engagement de certains producteurs alimentaires, la demande en huile de palme explose : elle devrait doubler en 2030 et tripler d'ici 2050... Si 70 % de celle-ci provient de l'industrie agro-alimentaire, les agrocarburants y contribuent de plus en plus, y compris en Europe où 46 % de l'huile de palme importée est consommée dans le secteur des transports (c'est 6 fois plus qu'en 2010). Un chiffre qui grimpe à 80 % pour la France qui en introduit jusqu'à 20 % dans le carburant diesel

L'entreprise explique qu'elle ne peut pas s'en passer: "C'est l'huile de palme qui garantit l'onctuosité et la stabilité unique de la recette de Nutella". D'après Reuters, c'est aussi l'huile végétale la plus rentable du marché. Si l'entreprise devait changer les 185.000 tonnes d'huile qu'elle utilise chaque année, cela pourrait lui coûter un surplus de 8 millions de dollars. La réponse est claire, le goût avant la santé des être vivants.

Rappelons que l’huile de palme est l’oléagineux le plus productif à l’hectare et, pour cette raison, la première huile au monde en volume de production. Cela prouve donc, encore une fois, que l’objectif de réalisation de bénéfices pharaoniques des industriels prévaut sur la santé et le bien-être du consommateur final. Il est alors bien hypocrite d’allouer des budgets conséquents à la mise en place de politiques de responsabilités sociétales. 

Un article du WWF a épinglé Ferrero durant la période des fêtes de fin d’année. Selon l’ONG, la société utilise de l’huile de palme « non durable » dans ses produits... 

le vote d'une loi ?

La France s'était déjà attaquée à la pate à tartiner en 2012 en proposant de taxer à 300% l'huile de palme. L'amendement avait été glissé à l'époque dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PFLSS), adopté par la commission des Affaires sociales du Sénat avant d'être rejeté par la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale. 

 «Utiliser l’huile de palme est trop souvent la solution de facilité, estime Yves Daudigny, le sénateur PS à l’origine de l’amendement. Sans complètement s’en passer, on pourrait du moins en réduire singulièrement la consommation.» D'où son amendement, qui vise d’abord les industriels.

        solutions durables

Des solutions peuvent être trouvées pour arrêter le massacre, tout en aidant les paysans indonésiens à nourrir leur famille par d’autres moyens de revenus, et en proposant aux industriels des substituts à l’huile de palme (des études sont en cours en ce sens, avec des algues). Mais notre seul moyen de pression pour forcer les politiques et les groupes industriels à trouver ces solutions est le boycott des produits incriminés. 

     revendications. boycott

Il faut recommencer et ne pas abandonner même si le combat s'annonce d'une difficulté dantesque. 

Soyons des êtres oblatifs, combatifs et informés. 

Nous sommes dans une urgence climatique, nous ne sommes pas seuls à penser tout cela, agissons, parlons pour que notre avenir soit meilleur. Nous sommes les auteurs de nombres de désastres environnementaux qui eux sont " innommables ". Nous prélevons plus à la terre ce qu'elle peut reproduire, le jour de dépassement est plus tôt chaque année.

Le Nutella via l'huile de palme est un début de combat mais pas seulement, c'est un produit "symbole", nous devons nous fédérer, nous rassembler, communiquer et propager nos savoirs, ceux-ci sont "nos armes démocratiques" contre ces lobbies qui dominent les états et soumettent les gouvernements. Ils peuvent faire mieux mais cela n'est pas dans leurs intérêts, "l'emploi avant la santé", une fois un certain âge, on paye pour avoir la santé...

La manière dont nous traitons les animaux, les forêts, la vie en elle même montre notre degré de civilisation. 

NOUS SOUHAITONS 

  1. Alerter les consommateurs. 
  2. Interdire cette production intensive de l'huile de palme qui nuit aux bon fonctionnement de la biodiversité et de ses habitants. 
  3. Chercher et appliquer des solutions alternatives.                  
  4. Désirons une transparence totale sur les produits que nos concitoyens consomment ( mode de production, de l'impact environnemental, du salaire des producteurs locaux, les dégats sur les espèces en voie de disparition ). 
  5. A combien s'élève cette transition écologique qui existe, le chiffre de gaz à effet de serre dû à cette déforestation.
  6. Des études neutres pour évaluer les risques d'une consommation quotidienne décrit comme "petit déjeuner sain" dans les publicités. 

Boycottons tous les produits de cette marque "symbole" 

  • KINDER                                                                             
  • NUTELLA                                                            
  • FERRERO                                                                         
  • DUPLO                                                                 
  • MON CHERI
  • Tic Tac                                                           

Organisons nous, cette page sera un engagement écologique.




Réponse de l'entreprise

Le seuil de boycottants nécessaire pour informer l’entreprise n’est pas encore atteint. Encore un petit effort ! Aidez-nous à atteindre le seuil nécessaire en partageant cette campagne et en en parlant autour de vous.

Une fois le seuil de boycottants atteint, l’entreprise concernée sera officiellement informée qu’une campagne de boycott est en cours. Elle aura la possibilité de répondre à l’ensemble des boycottants, qui voteront.

Vous avez remarqué un problème dans cette campagne ou dans une alternative ? Envoyez-nous une alerte en cliquant sur le bouton :
3 307 participant
s

Rejoindre la campagne


  • La campagne continue
    3 307 participants plus que 6 693
  • 1er droit de réponse
  • Vote des boycottants
  • Campagne réussie
Hello to you!

Connected ? no