McDonald's : trop d'emballages tue l'environnement !

Campagne citoyenne de boycott adressée à McDonald's France - lancée par Avrola D.

boycott image
  • Justice
  • Environnement
6 110boycottants

MENTORS

Le Jeune engagé
Le Jeune engagé
The Greener Good
The Greener Good
L'abeille asso
L'abeille asso
Zéro Déchets Lyon
Zéro Déchets Lyon
Subliminal Frekence
Subliminal Frekence
6 110 participant
s

Rejoindre la campagne


  • Recueil de participantsLancée le 2018-01-17
  • 1er droit de réponseCommuniqué le 2018-05-23
    Pas de réponse depuis 176 jours
    L'entreprise a été informée.
    En attendant la réponse, la campagne continue !
  • Vote des boycottants
  • Campagne réussie

Descriptif

En France, les restaurants Macdonalds distribuent 115 TONNES d’emballages par jour… Soit plus d’un kg par seconde, et près de 42.000 tonnes par an.

Ces chiffres vous paraissent excessifs ? Indécents ? Intolérables ? Ils ne concernent malheureusement que les restaurants français de McDonald’s !

Mais ce n’est clairement pas le seul acteur de la restauration rapide française à  l'image de Burger King, Quick, KFC ou encore Starbucks. Tous ces acteurs participent en s'accaparant les ressources nécessaires et en ne recyclant pas leur déchets, à polluer massivement l’environnement. Toutefois, McDonald’s est l'enseigne la plus connue et implantée en France sur laquelle il y a la plus grande documentation à ce sujet, voici pourquoi la campagne porte sur McDonald's.
La multinationale McDonald’s est déjà ciblée par la communauté I-boycott dans une première campagne, concernant l’optimisation fiscale car en plus de participer à la destruction de l’environnement, McDonald's se dispense de payer ses impôts sur les sociétés en France ! Quelle HONTE ! Lien de l'autre campagne de boycott : https://www.i-boycott.org/campaigns/mcdonald-s-l-evasion-fiscale-a-quel-prix
Mais McDonald’s c’est aussi des scandales notamment pour ses pratiques sociales, anticoncurrentielles, ainsi que pour les effets néfastes sur notre santé désormais bien identifiés. L’association Zéro Waste France (ayant pour principaux objectifs de promouvoir la réduction des déchets et de permettre une meilleure gestion de nos ressources) a publié, à l'occasion de l'assemblée générale annuelle de McDonald's à Chicago en 2017, un rapport (de 42 pages!) analysant la politique déchets de l’enseigne. Leur rapport est sans équivoque : "McDonald's doit porter la responsabilité de tous les déchets produits."


La société (comme de nombreuses entreprises) fait reposer son modèle économique sur l’emballage jetable.

En France et sans faire de distinction entre la vente sur place (environ 50% des ventes selon la société) et la vente à emporter, la nourriture de ce géant du fast-food est emballée, et ce, systématiquement. Tous ces emballages génèrent une quantité de déchets considérable.
Exemple : pour chaque repas servi, la société utilise en moyenne 57,5 grammes d’emballages en restaurant.
De plus, certains de ces emballages semblent pourtant bien inutiles, comme le démontre bien le packaging d’un Happy Meal : un emballage superflu, qui pourrait purement et simplement disparaitre. L’enseigne affirme que le but est de procurer l’élément de surprise aux enfants qui découvrent leur jouet… Jouet qu’ils ont pourtant eux-mêmes choisi lors de la commande en caisse… Effet de surprise, vraiment ?
==> Selon le rapport de Zéro Waste : 80 millions d’emballages Happy Meal ont été vendu en 2015 en France.

Le saviez-vous ? Mcdonald's est le premier producteur de jouets au monde!!! 

La célèbre chaîne a vu ses déchets croître et parallèlement son taux de recyclage baisser. Une conclusion inquiétante qui va à l’encontre des promesses de la marque américaine.

Dans la réalité, ces emballages/déchets ne représentent que 25% d’un tri en vue d’un recyclage.
En comparaison :  90% des déchets sont recyclés dans nos pays voisins : en Allemagne, Belgique et Pays-bas. 

Ces emballages sont également souvent abandonnés sur la voie publique. Il existe pourtant une convention incitant les professionnels à oeuvrer contre les emballages abandonnées. Seulement 18% des restaurants français ont signé une convention de Lutte contre les emballages abandonnés. Les résultats de cette lutte contre les emballages abandonnés dans les quelques restaurants français ayant signé ce dispositif ne sont pas consultables, on ne peut donc pas identifier clairement l’efficacité de cette convention. 

Et les bio-déchets ?  L’association Zero Waste France dénonce également une augmentation du gaspillage alimentaire : la part des bio-déchets côté cuisine représentait ainsi 13% de la totalité des déchets en 2013 et a bondi pour atteindre 20,3% en 2015. Pourtant depuis janvier 2016, en vertu de la réglementation en vigueur, tout producteur produisant plus de 10 tonnes de biodéchets par an est soumis à une obligation de tri pour valorisation. Cette obligation concernerait la plupart des restaurants français de l’enseigne. McDonald's indique, quant à elle, que le tri de ses biodéchets pour valorisation se déploie progressivement dans ses restaurants, sans donner pour autant plus d’éléments chiffrés ni d'échéancier. McDonald’s doit assumer ses responsabilités sociétales et ne pas exercer dans l’illégalité.
McDonald’s n’a généralisé ni le tri pour les emballages recyclables (carton-papier) jetés dans ses restaurants, ni le tri des biodéchets produits dans les cuisines...

La politique déchet de McDonald's France se caractérise ainsi par une certaine opacité : l'enseigne ne communique ni sur la quantité de déchets produits par ses restaurants chaque année, ni sur l’évolution de celle-ci dans le temps, ni sur le nombre de restaurants ayant mis en place le tri.)
En comparaison : En Allemagne, la politique déchet est clairement communiquée, ainsi que les données chiffrées. 

Vente à emporter :

Pour McDonald’s, la vente à emporter implique par nature l’utilisation d’emballages jetables. La responsabilité de l’utilisation de ce type d’emballages pèserait davantage sur le client et ses propres habitudes de consommation que sur l'enseigne, selon cette dernière.
Responsabilité partagée avec le consommateur ? Certes, les clients des "fastfoods" sont en partie responsables des déchets laissés sur la voie publique alors qu’on ne peut nier aujourd’hui que dans la majorité des villes françaises des poubelles sont installées à chaque coin de rue. Le consommateur est donc techniquement responsable des déchets une fois en possession de sa commande. Mais McDonald's est également responsable de ce qu’il vend, surtout dans de telles proportions.


On peut par conséquent se demander si, par sa taille et sa position dominante dans le secteur de la restauration rapide, une responsabilité particulière ne pèserait-elle pas sur McDonald’s ? 

En ne faisant pas évoluer ses pratiques vers une réutilisation des emballages, la société entretient ses clients dans des habitudes de consommation qui ne permettent pas de réduire les déchets, alors que les consommateurs peuvent pourtant bien faire évoluer leurs pratiques. Si l’enseigne agit en ce sens, les consommateurs seront enclins à changer leurs habitudes et à devenir de vrais éco-citoyens, ne pensez-vous pas ?
Exemple : En 2014, en Suède, la société a lancé une opération ponctuelle de marketing promotionnel incitant le public à ramener des canettes vides en contrepartie d’un hamburger ou cheeseburger (10 canettes) ou d’un Big Mac (40 canettes).Ces systèmes de gratification apparaissent avoir été mis en œuvre de manière toujours ponctuelle par McDonald’s, sous la forme d’opérations promotionnelles très bien accueillies par le public, sans pour autant reconduire ou surtout systématiser ces opérations.

Vente sur place :

La vente sur place constitue le terrain le plus évident pour mettre en place un système de vaisselle ou d’emballages réutilisables
Mais cet éventuel système constituerait un coût pour McDonald’s en ce qu’il obligerait une adaptation des pratiques et de ses restaurants aux contraintes du réutilisable (préparation des commandes, lavage, nécessité de plus d’employés,…). Pourtant la société a vraisemblablement les moyens d’agir en ce sens au regard de sa santé financière excédentaire. 
En comparaison : En Allemagne, McDonald’s a mis en place l’utilisation de vaisselle réutilisable dans ses McCafés. Pourquoi ne pas le généraliser à tout type d’achat sur place ?

McDonald’s c’est aussi des engagements… Dans le cadre de son "Plan Déchets", McDonald’s communique abondamment sur la sélection de matières d’origine renouvelables ou recyclées pour ses emballages.
En France, McDonald’s indique que 90 % de ses emballages sont en papier ou en carton. Ceci est une bonne nouvelle, mais le mieux serait quand même de limiter l’impact écologique de ses emballages en changeant le modèle économique du "tout jetable" notamment
Qu'en est-il des ressources naturelles lorsque celles-ci se retrouvent dans une poubelle - ou dans la nature - après à peine 10 minutes d’utilisation ?
Dans un monde aux ressources finies, nous savons tous aujourd’hui que ce modèle économique n’est pas viable !
Il est important de souligner enfin que peu importe l’origine des emballages (McDonalds se servant trop facilement de cet argument pour dorer son image) l’objectif de l’enseigne devrait être la réduction massive des emballages et des déchets qu’ils génèrent ensuite.


LE MEILLEUR MOYEN DE RESOUDRE LA QUESTION DES DECHETS EST, AVANT TOUTE CHOSE, D'EN PRODUIRE LE MOINS POSSIBLE : UN EMBALLAGE NON PRODUIT = UN DECHET DE MOINS !

Par ailleurs, l’analyse des informations sur la composition des emballages communiquées montre que la société utilise davantage de ressources qu’auparavant… Ce qui n’est pas très encourageant.
Pourtant, lorsqu’on prend connaissance de leur site internet, la firme McDonald's nous laisse penser qu’elle agit concrètement depuis 1992 afin de concilier l’environnement et leurs responsabilités concernant leur activité. McDonalds se félicite d’avoir créé son « Plan déchets », sensé répondre concrètement aux problèmes de la sur-consommation d’emballages liés à son activité. Voici quelques extraits trouvés sur le site officiel de McDonald's France :

« McDonald's travaille depuis de nombreuses années à limiter les impacts environnementaux des déchets produits par son activité, en s'attachant à agir sur l'ensemble de la filière en partenariat avec ses fournisseurs. Le plan déchets repose sur trois objectifs clés :
› Éco-conception des emballages : réduction du poids et du volume des emballages, sélection de matière d'origine renouvelable, substitution du plastique par le carton...
› Gestion des emballages abandonnés sur la voie publique en partenariat avec les collectivités et les acteurs locaux : Programme Emballages Abandonnés (PEA).*
› Valorisation en fin de vie de l'ensemble des déchets : cartons, huiles de friture, emballages, déchets organiques… ».

Nous sommes également assaillis depuis ces dernières années par des campagnes de publicités successives affichant l’esprit « green » de la marque, et sa très forte implication concernant les enjeux environnementaux. McDonald's peut-il vraiment se mettre efficacement au green tout en continuant ses activités ? Ne serait-ce pas plutôt typiquement du « green-washing » ?
Comment concilier la protection de l’environnement et la réduction des emballages tout en continuant la course aux bénéfices ? 


McDonald’s France manque de transparence dans la communication de certaines données qui pourraient permettre de réellement évaluer les effets de son Plan déchet.
Mais avec ce chiffre assourdissant des 115 Tonnes de déchets quotidiens générés par la firme, rien qu’en France, on peut se demander si leur but est de véritablement réduire leur considérable impact écologique… 


Au niveau mondial, c’est près de 2,8 tonnes d'emballages jetables utilisés par MINUTE.

McDonald’s porte une responsabilité particulière, au regard de sa domination mondiale et de ses pratiques qui peuvent avoir des effets gigantesques sur l’environnement et servir de norme de référence pour les différents acteurs du secteur de la restauration rapide.
==> Ayant un marché mondial et français très prospère, McDonalds se doit à l’heure d’aujourd’hui de montrer par des engagements concrets sa volonté de réduire ses déchets et de proposer un système global de meilleure gestion des ressources et des déchets, ceci en donnant, bien évidemment, toute transparence sur ses données.


A vous tous consom’acteurs : jusqu’à quand une entreprise pourra t-elle continuer de s’enrichir de façon colossale tout en ayant un impact aussi manifestement négatif sur l’environnement ? 

==> Enrichissement colossal favorisé par l’optimisation fiscale que pratique la firme, également dénoncé par I-boycott dans une autre campagne de boycott bienveillant. Ce n’est évidemment pas la seule entreprise à polluer massivement l’environnement et à profiter de systèmes fiscaux plus qu’avantageux, mais nous ne devons pas céder face à cette multinationale leader mondial dans le secteur de la restauration rapide depuis des décennies. 


Nos revendications

1 - Adoptez une politique de réduction des déchets plus ambitieuses et différenciée selon que le client consomme sur place ou à emporter :
        - Proposez des couverts lavables et réutilisables pour vos commandes faites sur place        
       - Utilisez des matériaux bio-dégradables (fabriqués à partir d’algues par exemple) pour vos emballages à emporter.       
       - Supprimez le packaging du happy meal, totalement inutile.
2 - Mettez en place une politique de sensibilisation de vos clients à la question des déchets : incitez les gens à venir avec leur propre sac, utilisez des verres réutilisables sous consigne, pourquoi pas instaurer un système de remise pour les clients les plus « écolos » utilisant leur propre sac, verre, contenant, faire une campagne de pub concernant les déchets abandonnés sur la voie publique, ou encore visant le trajet de vie d’un emballage depuis sa conception jusqu’au recyclage…
3 - Uniformisez le tri de vos déchets dans l'ensemble de vos restaurants français
4 - Respectez la loi en vigueur sur les bio-déchets 
5 - Faite preuve de davantage de transparence dans les données communiquées concernant la gestion de vos déchets 
6 - Communiquez davantage sur tous vos engagements afin d'inciter vos concurents à s'aligner sur ces nouvelles bonnes pratiques. 

Réponse de l'entreprise

Le seuil de boycottants nécessaire pour informer l’entreprise a été atteint !

Afin d'engager un dialogue constructif, l'entreprise concernée a été informée qu'une campagne de boycott est en cours. Toutes les réponses de l'entreprise seront affichées à cet endroit. Les boycottants inscrits à cette campagne recevront la réponse de l’entreprise par mail. Ils pourront voter directement sur la page de la campagne.

Vous avez remarqué un problème dans cette campagne ou dans une alternative ? Envoyez-nous une alerte en cliquant sur le bouton :
6 110 participant
s

Rejoindre la campagne


  • Recueil de participantsLancée le 2018-01-17
  • 1er droit de réponseCommuniqué le 2018-05-23
    Pas de réponse depuis 176 jours
    L'entreprise a été informée.
    En attendant la réponse, la campagne continue !
  • Vote des boycottants
  • Campagne réussie
Hello to you!

Connected ? no