Starbucks France: dites non à l'optimisation fiscale

Campagne de boycott adressée à Starbucks Coffee France

i-boycott
profil
France
boycott image
  • Finance
  • Justice
14 905boycottants

MENTORS

Wanted Pedo
Wanted Pedo
Sadhu Nava
Sadhu Nava
Le Jeune engagé
Le Jeune engagé
Miti'Lab
Miti'Lab
Shantiria
Shantiria
  • StatutEn cours
  • Seuil pour informer Nombre de boycottants minimum à atteindre pour informer l'entreprise
    20 000
  • BoycottantsNombre de boycottants qui ont participé avant la réponse et qui peuvent voter
    14555

14905 boycottants / 20000

Plus que 5095 !

Participer !

L'entreprise a réagi à cette campagne de boycott.



Descriptif

Starbucks est la plus grande chaîne multinationale de café. Starbucks Coffee France a ouvert son premier salon de café à Paris, près de l'Opéra, en janvier 2004. Starbucks coffee France dispose aujourd'hui de 76 salons créés sous forme de franchises, et ce nombre est en constante augmentation, la dernière ouverture datant du 17 juin 2016 à Clermont-Ferrand.

Une entreprise « cool »

Starbucks met en avant, à juste titre, des causes éthiques que nous ne pouvons que féliciter :

  • Le commerce équitable avec les producteurs de café
  • Le recyclage des déchets
  • Le fait de travailler sur les rapports sociaux, par exemple, en finançant les diplômes de ses salariés sous certaines conditions

Sur le site de Starbucks, nous pouvons lire :

Nous avons deux objectifs, partager un café de qualité avec nos amis et participer à rendre le monde un peu meilleur

Starbucks coffee France montre l'exemple sur certains points, mais est loin d'être pleinement transparente. En Octobre dernier, la Commission européenne a condamné le groupe Starbucks pour avoir passé des accords jugés illégaux au regard du droit européen de la concurrence, avec l'administration néerlandaise. Cette condamnation fait suite aux révélations du Luxleaks, qui a mis au jour l'existence de nombreux accords fiscaux très avantageux.

En France, Starbucks coffee France n'a jamais payé d'impôt sur les sociétés depuis son installation en 2004, car elle ne déclare aucun bénéfice, alors même que le nombre de franchises françaises Starbucks ne cesse de croître. En effet, il est important de noter que les franchisés situés en France participent à l'emploi et contribuent eux aussi à l'effort fiscal dans notre pays, mais ils versent une redevance à Starbucks coffee France, qui domicilie ses bénéfices aux Pays-Bas.

Non, ce n'est pas de la magie, mais de l'optimisation fiscale. Explications:

La filiale française utiliserait des mécanismes d'optimisation fiscale depuis plus de dix ans pour échapper au fisc.

Le principe de l'optimisation fiscale est simple. Il s'agit pour une entreprise de créer des filiales à l'étranger et de leur facturer un certain nombre de services. Si on augmente artificiellement le prix de ces prestations, on peut faire disparaître des recettes fiscales. Xavier Timbeau
directeur du département analyse et prévision de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE)

L'objectif ? Transférer une partie ou l'ensemble des bénéfices de la société vers des pays où la fiscalité est plus intéressante. On parle alors de prix de transfert, pour évoquer ces transactions internationales entre les sociétés d'un même groupe. Concrètement, Starbucks coffee France :

  • reverse 5-7% de son chiffre d'affaires à sa maison-mère, Starbucks EMEA, installée aux Pays-Bas, pour l'utilisation de la marque
  • s'endette de façon impressionnante auprès de sa maison-mère, Starbucks EMEA
  • paie la torréfaction du café et la vente de divers produits à Starbucks EMEA (Pays-Bas), qui se fournit auprès de la filiale suisse. La filiale suisse surfacture ses grains de café à la société hollandaise de torréfaction, qui les surfacture à la société qui commercialise les boissons en France. De fait, les filiales situées dans les pays où la fiscalité est la moins avantageuse sont celles qui présentent les résultats les plus mauvais.

Pour faire très simple, en augmentant les charges « artificiellement », on diminue les bénéfices. Pas de bénéfice pas d'impôt. Une entreprise qui poursuit des démarches humanistes, solidaires et attachées au bien être de ses consommateurs se doit d'être intègre et honnête quant aux bénéfices effectivement réalisés dans le pays où elle est implantée. Selon le Sénat, l'optimisation fiscale et plus largement l'évasion fiscale représenterait minimum 50 milliards d'euros de perte chaque année pour le contribuable français. Les impôts ont pour but de financer l'Etat et ses structures : éducation, recherche, sécurité intérieure et extérieure, santé, protection de l'environnement, infrastructures etc. L'optimisation fiscale bien que légale demeure un mécanisme qui permet d'échapper à l'impôt et peut s'assimiler à un abus de droit annihilant au final toute solidarité.

Ainsi, et par ce seul fait, l'optimisation fiscale peut être considérée comme immorale et irrespectueuse des consommateurs locaux qui contribuent à la réussite de l'entreprise. Nous lançons cette campagne participative de boycott responsable afin de vous sensibiliser et de vous impliquer dans votre rôle de consomm'acteur, car Starbucks coffee France ne changera sa politique que si nous, consommateurs, lui faisons part de notre mécontentement et de notre refus de faire appel à une entreprise qui ne se montre pas solidaire face à l'effort fiscal.

Nos revendications

Nous souhaitons que Starbucks coffee France comprenne qu'un consommateur satisfait est aussi un consommateur qui sait que ses dépenses contribuent au cercle vertueux de l'économie, de l'intérêt général et que l'entreprise, ainsi partenaire, est responsable : c'est-à-dire qu'elle est pleinement actrice de la société en acceptant ses contraintes et ne s'appuie pas sur des « mécanismes » pour échapper à l'imposition des pays où elle génère des bénéfices.

Nous invitons Starbucks coffee France à démontrer son intégrité et sa solidarité via les engagements suivants :

  • Transparence financière avec le reporting de votre chiffre d'affaire pays par pays
  • Déclaration fiscale honnête
  • Fin de l'optimisation fiscale
  • être dans la continuté de Starbucks coffee Royaume-Uni qui a accepté de payer, à juste titre, ses impôts depuis 2012

Bien que contraint par la polémique, voici l'exemple d'intégrité dont avait fait preuve en 2012, l'actuel Vice Président de Starbucks Kris ENGSKOV, qui a déclaré lors d'un discours à la Chambre de commerce de Londres:

Je vous annonce des changements : Starbucks va payer plus d'impôt sur les sociétés au Royaume-Uni, au-delà de nos obligations légales actuelles.

En tant que consommateur investi et engagé dans mes achats, je prends soin de m'informer sur ce que je consomme et sur l'impact que ma consommation a sur le monde, ma santé et l'avenir de mes enfants et petits enfants. Vous trouverez, donc, ci-dessous en sources, les faits, dossiers et articles qui nous ont poussés à lancer cette campagne participative de boycott responsable afin de vous sensibiliser et de vous impliquer dans votre rôle de « consom'acteur ».

Réponse de l'entreprise

Le seuil de boycottants nécessaire pour informer l’entreprise n’est pas encore atteint. Encore un petit effort ! Aidez-nous à atteindre le seuil nécessaire en partageant cette campagne et en en parlant autour de vous.

Une fois le seuil de boycottants atteint, l’entreprise concernée sera officiellement informée qu’une campagne de boycott est en cours. Elle aura la possibilité de répondre à l’ensemble des boycottants, qui voteront.

Réponse de l'entreprise

L'entreprise concernée a réagi à votre appel au boycott, ses réponses sont reproduites ci-dessous.

2016-08-03

Message de l'entreprise

Starbucks prend très au sérieux et porte beaucoup d’attention aux messages et questions portés par I-boycott, tant sur nos engagements et actions en faveur du commerce équitable, du recyclage des déchets et de notre politique RH que sur notre situation financière en France.

 

Depuis l’ouverture du premier salon de café Starbucks aux Etats Unis en 1971, nous mettons tout en œuvre pour mériter la confiance et le respect de nos clients et de nos partenaires (c’est ainsi que nous appelons nos salariés) en agissant de façon responsable et respectueuse. Aussi, c’est avec la plus grande transparence que nous souhaitons vous répondre sur le sujet de notre fiscalité en France.

 

Notre engagement en France

 

Nous sommes très fiers d’être présents en France et de servir nos consommateurs Français depuis 12 ans. Depuis l’inauguration du premier salon de café en janvier 2004, nous avons ouvert 75 salons de café en propre et 51 supplémentaires à travers des partenariats de licence et de franchise. Nos franchisés sont des femmes et hommes d’affaires français, des entrepreneurs qui possèdent et gèrent les salons de café Starbucks dans les villes de Lille, Strasbourg, Mulhouse, Bordeaux, Toulouse et Nantes. Nous souhaitons continuer de faire progresser cette partie de nos activités en renforçant notre croissance en franchise, permettant ainsi à ces entrepreneurs de se développer avec nous.

Le développement de Starbucks en France est une de nos priorités, c’est pourquoi nous continuons à investir fortement dans nos infrastructures, nos partenaires et à créer des emplois.

 

Nous payons nos impôts

Nous employons aujourd’hui plus de 1 300 partenaires, tous en CDI. Auxquels s’ajoutent 700 partenaires supplémentaires qui travaillent pour la marque Starbucks chez nos Licenciés et Franchisés. L’installation de nos activités en France a nécessité d’importants investissements, et c’est la raison pour laquelle nous n’avons commencé à être rentables qu’en 2015. L’année dernière, nous avons payé 2,7 millions d’euros de taxes professionnelles et 8,9 millions d’euros de charges sociales. Comme toutes les entreprises implantées en France, une fois nos investissements rentabilisés, nous payerons l’impôt sur les sociétés, en plus de toutes les taxes que nous payons déjà. Et puisque nous continuons de nous développer et de créer des emplois en France, le montant total de ces taxes va continuer de croitre. Nous respectons toutes les règles de l’OCDE en matière d’impôts, et ce dans tous les pays où nous sommes présents. Au niveau mondial, nous payons un taux d’imposition effectif de 33%.

Engagements et actions

Nous investissons dans nos équipes en France

• Plus de la moitié de nos partenaires ont entre 18 et 24 ans et 70% d’entre eux ont moins de 30 ans

• Les 1 300 partenaires travaillant pour Starbucks Coffee France sont en CDI

• Nous recrutons 600 personnes en CDI chaque année.

Tous les partenaires employés dans les salons de café opérés par Starbucks reçoivent chaque année des « Beanstocks », des actions de la société.

En tant qu’entreprise ouverte sur la société qui l’entoure et les quartiers dans lesquels sont implantés ses salons de café, Starbucks pratique une politique de recrutement et de développement favorisant la diversité sous toutes ses formes sans distinction d’origine, de nationalité, d’âge, de sexe ou de religion.

• 56 nationalités collaborent quotidiennement dans nos salons

• Le taux de féminisation est homogène selon les métiers et atteint 51,5%

• La parité est atteinte autant chez les employés que chez les cadres. L’équilibre femmes/hommes est l’une de nos priorités.

Nous agissons dans nos communautés

Nous intégrer dans les communautés que nous servons fait partie de notre mission. Nos salons de café sont des endroits où les gens aiment se retrouver, et nos partenaires travaillent en étroite collaboration avec de nombreuses associations locales. Nous sommes par ailleurs membre de l’association Centre-Ville en Mouvement dont l’objectif est de contribuer à dynamiser l’économie locale des centre-villes et l’emploi en France.

Conscients de la valeur de nos jeunes partenaires, nous travaillons en étroite collaboration avec des organisations dont l’objectif est d’accompagner les jeunes dans leur formation et leur recherche d’emploi, dans le cadre de notre programme pan-européen « Opportunity Youth ». Nous sommes d’ailleurs membre de l’association Les Entreprises pour la Cité et entendons jouer un rôle actif en son sein.

Approvisionnement local, approvisionnement éthique

Nous cherchons à nous approvisionner localement. Aussi le lait, les pâtisseries, les oranges et les sandwiches que nous servons sont achetés auprès de producteurs et fournisseurs français. Notre café est, quant à lui, acheté dans les grands pays producteurs de café Arabica. Il est certifié « éthique » à 99%, à la fois par Fairtrade/Commerce Equitable et par l’ONG Conservation International. Nous soutenons les producteurs de café avec lesquels nous travaillons en leur offrant des salaires justes, des conseils en matière d’agronomie dispensés par des équipes Starbucks implantées localement, et des investissements (microcrédits) à hauteur de plus de 50 millions de dollars pour les aider à cultiver des cafés parmi les meilleurs du monde.

Toutes ces informations sont publiques et accessibles librement et nous invitons toutes les personnes souhaitant le faire, à vérifier ces propos via les liens ci-dessous.

Simon Redfern, vice-président communication Starbucks Europe

Sources

Résultats

349 OuiLa réponse me convainc, j'arrête de boycotter.
1585 NonLa réponse ne me convainc pas, je continue de boycotter.

Le NON l'emporte !

Durant la phase de votes, 655 boycottants ont rejoint le mouvement.

Vous avez remarqué un problème dans cette campagne ou dans une alternative ? Envoyez-nous une alerte en cliquant sur le bouton :
  • StatutEn cours
  • Seuil pour informer Nombre de boycottants minimum à atteindre pour informer l'entreprise
    20 000
  • BoycottantsNombre de boycottants qui ont participé avant la réponse et qui peuvent voter
    14555

Plus que 5095 !

Participer !

Hello to you!

Connected ? no