TOTAL : NON aux forages pétroliers offshore en Guyane

Campagne citoyenne de boycott adressée à TOTAL SA - lancée par l'association ZEA

boycott image
  • Environnement
  • Animaux
1 893boycottants
1 893 participant
s

Rejoindre la campagne


  • La campagne continue
    1 893 participants plus que 3 107
  • 1er droit de réponse
  • Vote des boycottants
  • Campagne réussie

Descriptif

Climat, le projet de Total viole l'Accord de Paris

Depuis le 22 octobre dernier c’est officiel, TOTAL a obtenu l’autorisation de forer à la recherche de pétrole au large de la Guyane. D’ici 2022, TOTAL entend creuser 5 puits exploratoires ultra-profond afin de déterminer les gisements enfouis dans le sous-sol marin. Ces réserves pourraient représenter entre 500 et 1.000 millions de barils… Alors que la France s’est engagée à réduire de 40% ses émissions d’ici 2030, ce projet est une véritable bombe climatique, que TOTAL voudrait déclencher. 

A seulement quelques semaines de la COP24, le projet de TOTAL et le feu vert du gouvernement français sont un pied de nez aux engagements de l’Accord de Paris et aux recommandations du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) de réduire drastiquement les émissions liées à la combustion des énergies fossiles. 

Dans son dernier rapport, celui-ci exhorte les dirigeants politiques et les responsables industriels à entreprendre, sans attendre, des transformations “sans précédent” afin de contenir la hausse de la température globale à des niveaux soutenables. Alors que la France a promulgué, le 30 décembre 2017, la loi Hulot qui prévoit la fin de l’exploitation des hydrocarbures en France, TOTAL discrédite cet engagement et profite d’un dernier passe-droit insupportable au regard de l’urgence climatique mondiale. 

En poursuivant des explorations pétrolières offshore profondes en Guyane, TOTAL aggrave les dérèglements climatiques globaux 

Récif de l’Amazone, la biodiversité en danger 

TOTAL entend forer à une vingtaine de kilomètres seulement du récif de l’Amazone, un écosystème rare et inhabituel que les scientifiques viennent à peine de découvrir. La zone accueille une des plus forte densité et diversité de cétacés : « l’hypothèse que les eaux guyanaises seraient une zone de mise bas et de nurserie repos semble se confirmer pour plusieurs espèces (cachalot, grand dauphin et possiblement baleine à bec) », confirme même TOTAL dans son étude d’impact. 

Ce récif joue un rôle crucial dans la résilience globale des systèmes marins, en fournissant un refuge à diverses espèces face au changement climatique et aux pressions croissantes  notamment liées à la pêche. Rejet de boues de forages, pollution acoustique et industrielle… Ce récif pourrait être directement affecté par le projet de la compagnie TOTAL. 

En cas de marée noire, il serait impossible de nettoyer la mangrove guyanaise et cet écosystème récifal qui assure un rôle de nurserie pourrait disparaître et compromettre toute activité de la filière de la pêche, secteur qui génère 800 emplois directs et près de 2.400 emplois indirects.

 La santé du littoral guyanais en ce qu’elle constitue une garantie indispensable à la vie des Hommes et des écosystèmes doit être protégée. 

Les côtes méditerranéennes et atlantiques de l’Hexagonale sont protégées par un moratoire sur les forages offshore. Rien ne peut justifier que les côtes de Guyane ne bénéficient pas des même droits ! 

Démocratie, TOTAL tire un trait sur le débat public 

L’enquête publique lancée au milieu de l’été a réuni près de 7.200 contributions. Avec une participation record en Guyane, cette enquête publique a révélé une quasi unanimité contre le projet d'exploration de Total avec 99,86% d’avis négatifs. Ce qui n'a pas empêché Total d'obtenir le feu vert de l'Etat.

Plus grave, Chantal Jouanno, la présidente de la Commission nationale du Débat Public a dénoncé dans un tweet le passage en force de TOTAL dans ce dossier : “L’autorisation a été délivrée à Total sans respect du droit de la participation, puisque nous @CNDPDebatPublic aurions dû être saisis du dossier”.

Le dossier d'enquête publique avait en effet révélé des omissions budgétaires et un flou juridique, qui ont permis à la compagnie pétrolière de s’affranchir du débat public, et des garanties des citoyens au droit fondamental à l’information et à la participation. 

Aujourd’hui, le fossé ne cesse de se creuser entre d’une part les citoyens, qui se saisissent de plus en plus de l'urgence climatique considérée comme une priorité vitale, et les industries, qui continuent inexorablement l’exploitation de ressources fossiles qui compromettent notre survie sur cette planète.


Nous, citoyens avertis, acteurs du changement, nous déclarons l’entreprise TOTAL responsable et appelons au boycott jusqu’à l’abandon du projet de forages en Guyane. 

CE QUE TOTAL PEUT FAIRE ? 

Alors que les experts du GIEC appellent à conserver 80% des ressources fossiles dans les sols pour parvenir à une stabilisation du climat, la production d’hydrocarbures de TOTAL a augmenté de 9% depuis l’adoption de l’accord de Paris et la compagnie ambitionne une croissance en moyenne de 6 à 7% par an jusqu’en 2020 ! 

Les émissions de TOTAL représentent l'équivalent de plus de deux tiers des émissions de la France en 2016. Il est donc évident que si l’activité de cette compagnie n’est pas mise en cohérence avec les engagements de l’accord de Paris, on ne pourra pas contenir l’augmentation des températures sous la barre des 1,5°C. Avec un chiffre d’affaire de 172 milliards de dollars en 2017, une compagnie telle que TOTAL se doit de s’engager pour le climat et d’investir dans les énergies du futur. 

Les profits réalisés par cette multinationale pendant des décennies de pollution atmosphérique et de saccages environnementaux doivent maintenant impérativement être entièrement dédiés à répondre à l’urgence planétaire. Dès maintenant, nous réclamons que TOTAL :  

  • abandonne son projet de forage offshore dans le récif de l’Amazone
  • Prenne des engagements fermes et définitifs pour réduire sa production de pétrole et de gaz, responsables du réchauffement climatique
  • respecte un calendrier de sortie des énergies fossiles en conformité avec l’accord de Paris pour le climat 

Pour nous faire entendre par la compagnie TOTAL, boycottons ensemble ses stations-services et ses produits et transmettons-lui un message fort et déterminé. 

Consommer n'est pas un acte anodin, c'est pourquoi nous vous remercions pour votre engagement en soutien à la mobilisation contre le projet de TOTAL en Guyane et nous vous invitons à partager cette campagne. 

Si vous le pouvez, aidez-nous financièrement à mener des actions de sensibilisation et juridiques contre ce projet 

Signez la pétition contre ce projet pour interpeller le gouvernement 


Qui sommes nous ?

ZEA est une Association de protection de l'Océan. Nous agissons pour libérer l'Océan des énergies fossiles et des pollutions. Plus d'informations sur : www.zea.earth

Nous faisons partie du collectif STOP PETROLE OFFSHORE GUYANE aux côtés d'organisations guyanaises et métropolitaines. Plus d'informations sur : www.facebook.com/Stoppetroleoffshore

Réponse de l'entreprise

Le seuil de boycottants nécessaire pour informer l’entreprise n’est pas encore atteint. Encore un petit effort ! Aidez-nous à atteindre le seuil nécessaire en partageant cette campagne et en en parlant autour de vous.

Une fois le seuil de boycottants atteint, l’entreprise concernée sera officiellement informée qu’une campagne de boycott est en cours. Elle aura la possibilité de répondre à l’ensemble des boycottants, qui voteront.

Vous avez remarqué un problème dans cette campagne ou dans une alternative ? Envoyez-nous une alerte en cliquant sur le bouton :
1 893 participant
s

Rejoindre la campagne


  • La campagne continue
    1 893 participants plus que 3 107
  • 1er droit de réponse
  • Vote des boycottants
  • Campagne réussie
Hello to you!

Connected ? no